Penser la transition

Tri sélectif : un geste individuel, des bénéfices collectifs

Publié le 04 novembre 2016
Interrogez les personnes autour de vous : tout le monde est certain de trier ses déchets mais la réalité est tout autre… Pourtant, ce geste simple et à la portée de tous permet de réduire les émissions de CO2, de protéger les ressources naturelles et d’économiser de l’énergie en donnant une seconde vie aux produits. Les déchets incinérés, stockés à l’air libre ou jetés en pleine nature sont autant de déchets qui polluent l’environnement et notre santé sur le long terme.

Chaque année, un Français produit plus de 365 kilos de déchets soit une moyenne d’un kilo par jour. Si le secteur du bâtiment et le secteur agricole sont largement en tête des plus gros producteurs de déchets, les ménages arrivent néanmoins en 3e position avec 30 millions de tonnes. Sur la totalité de ces déchets ménagers, un tiers est recyclé. Le reste part directement en incinération (30%) ou à la décharge (36%)*. Un gâchis qui a un coût : 16,7 milliards d’euros ont été dépensés en 2013 pour la gestion des déchets non recyclés pour l’ensemble des secteurs selon les chiffres de l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise d’Énergie (Ademe).

trier et ramasser les déchets
Des réflexes qui peinent à être adoptés

Le consommateur manque souvent d’informations et de conseils pratiques. Alors comment être sûr(e) de bien trier ? En mémorisant les couleurs des poubelles de tri colorées (verte, jaune parfois bleue) et leurs déchets associés. Grâce à la mise en place de collectes, ces poubelles se sont multipliées permettant à chacun de classer ses déchets selon leur nature : verre, plastique, carton, cannette, papier... Les déchets spécifiques comme les piles, les médicaments, les téléphones et l’électroménager sont à déposer dans des points de collecte dédiés. Le tri sélectif n’est pas contraignant au quotidien, il suffit de séparer les déchets recyclables de ses ordures ménagères pour faire le tri facilement chez soi, au travail, en vacances... Si la démarche est individuelle, l’impact est collectif. Le tri sélectif réduit notamment les émissions de CO2, protège les ressources naturelles et économise de l’énergie en donnant une seconde vie aux produits.

 

Source ©Costa Verde
Note : Les pots en verre non recyclables désignent les verres culinaires (assiette, verre de table). Les bouchons en plastique et les couvercles sont désormais recyclables, ils sont à mettre dans la poubelle jaune.

 

Des risques sanitaires et environnementaux

Le projet de loi sur la transition énergétique pour une croissance verte prévoit certes des objectifs en matière de prévention et de recyclage, mais en attendant la pollution des déchets continue d’avoir des conséquences désastreuses sur l’environnement. Les enfouissements et les incinérations (principales méthodes de gestion des déchets) ainsi que les décharges à ciel ouvert relâchent et diffusent des substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols. Une contamination aux lourdes conséquences environnementales (augmentation des gaz à effet de serre, pollution des nappes phréatiques et des cours d’eau…) et sanitaires avec le plus souvent une augmentation de maladies respiratoires et de cancers auprès des riverains.

L’omniprésence du plastique fait également des ravages. 6,5 milliards de kilos de déchets plastiques finissent dans les océans chaque année et 120 millions de sacs plastiques sont retrouvés sur nos côtes, soit près de 4 sacs par seconde selon Planetoscope. Le plastique est particulièrement dangereux pour les écosystèmes marins qui récupèrent avec les vents et les courants tous les déchets jetés en pleine nature. Les fonds marins se dégradent, les mammifères qui ingèrent le plastique meurent par étouffement et tout le milieu se retrouve pollué. Des risques qui pourraient être limités voir évités si chacun en prenait conscience.

Source « Le top 10 des déchets les plus présents dans les océans » ©Surfrider Foundation

Envie de réduire vos déchets ? Suivez les pas de la Famille Zéro déchet ! À la fois carnet de bord pas triste et guide pratique, vous êtes sûrs de faire le plein de conseils et d’alternatives simples pour le quotidien !

Envie d’aller plus loin ? Participez à une opération collective de ramassage de déchets ! Connectez-vous sur « J’agis pour la nature » pour vous rapprocher d’une structure proche de chez vous.

Envie d'en savoir plus sur la pollution des déchets ? Le 16 novembre 2016, "Trashed" sortira en France. Le documentaire est soutenu par la Fondation Nicolas Hulot.

*Chiffres du Centre national d'information indépendante sur les déchets (Cniid)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer