Penser la transition

Agriculture et gaz à effet de serre : état des lieux et perspectives

Publié le 10 novembre 2010
Le secteur agricole représente 21% des émissions de gaz à effet de serre (GES) en France en 2008 et presque 13,5% à l’échelle du globe.

Dans le même temps, il est le premier à ressentir les effets des modifications du climat et l’agriculture est une des seules activités capables d’atténuer les changements climatiques en stockant du carbone dans les sols.

Pour contenir le réchauffement moyen en dessous de +2°C en 2100, une réduction de l’ensemble des émissions de GES est indispensable, y compris celles d’origine agricole.Aujourd’hui, les pratiques agricoles bénéfiques pour le climat sont encore difficiles à cerner car les émissions sont diffuses, variables d’une région et d’une production à l’autre et sensibles à de nombreux paramètres naturels. Des études sur les pratiques agricoles existent, mais elles demeurent parcellaires et ont du mal à intégrer à la performance en matière de GES les autres paramètres environnementaux, sociaux et économiques qui en découlent.

Dans la perspective de la réforme de la PAC post 2013 et du Sommet sur le climat à Cancun en décembre, le Réseau Action Climat-France et la Fondation Nicolas Hulot ont donc souhaité participer à la prise de conscience et permettre à tous les acteurs de s’informer et de comprendre les enjeux autour d’un secteur clé en mutation.

La publication "Agriculture et gaz à effet de serre : état des lieux et perspectives" fait le bilan des émissions de GES agricoles à l’échelle européenne. Elle présente un état des lieux objectif des connaissances scientifiques et des différentes pistes techniques, politiques et économiques permettant d’atténuer l’impact du secteur sur le changement climatique.

Agriculture et gaz à effet de serre : état des lieux et perspectives
10.11.2010 - format ZIP - 7.99 mo